La météo nous annonçait un soleil éclatant, un ciel d’un bleu limpide et une chaleur intense… Et ce fut le cas ! Une météo exceptionnelle qui pouvait nous laisser entrevoir quelques difficultés liées à la chaleur mais sinon, un régal de temps !

Comme d’habitude, ce qui caractérise la Définoise, c’est toujours un départ matinal. Nous sommes accueillis à Pressins par Monsieur le Maire et toute son équipe d’Animation avec café et viennoiseries et surtout beaucoup de gentillesse et d’attention. Il n’était pas possible de mieux faire et l’ensemble des participants ont apprécié !

Dès 7h00, les organisateurs sont sur le terrain et mettent en place la logistique nécessaire à la bonne organisation de cet événement : Sébastien et Patrick s’occupent des VAE qu’il préparent, règlent et équipent soigneusement. Bichette et Sandrine distribuent les dossiers, les gilets jaune fluo et s’occupent de l’ensemble du dossier administratif, Roger établit des contacts fructueux et les motards se préparent à sécuriser tout ce petit monde tout au long du parcours.

   

 

 

Le cortège se met en place avec Roger dans la voiture ouvreuse, Sébastien dans le fourgon qui ferme la route, Patrick, Sandrine, Bichette et Jean dans la voiture médicale et nos trois motards qui facilitent le déplacement également des voitures accompagnatrices des VAE. Direction St Jean d’Avelanne puis St Bueil, St Geoire en Valdaine et à l’assaut du 1er col, les Mille Martyrs où se fait un rassemblement spontané des équipages… 873 m d’altitude, 1ère étape réussie.

 

 

Nous poursuivons notre aventure vers Miribel, Entre Deux Guiers et St Christophe sur Guiers. Dans cette commune, une pause est organisée sur la place de la Mairie avec de l’hydratation, quelques madeleines et du chocolat pour les plus gourmands !

C’est reparti très fort avec la Côte de Berland puis l’attaque du col de Cucheron que nous franchissons sans encombre. 1139 m, les corps souffrent un peu mais les visages sont radieux. Quelques batteries montrent des signes de faiblesse et il faudra procéder à leur changement. Nous basculons ensuite sur St Pierre de Chartreuse et, quelques km plus loin, St Hugues en Chartreuse où nous installons, le temps du déjeuner, notre campement provisoire devant le musée Arcabas, l’église au centre de la commune.

 

 
Les casse-croûtes nous ont été apportés sur place par Denise avec sandwichs, brownies et cafés permettant à chacun de prendre du temps pour admirer le lieu, se nourrir, récupérer et faire des photos avec Suzanne. Un grand moment de partage, d’échange, de discussion mais aussi de chanson : “On t’emmène” des Trois Cafés Gourmands.

 

Vient le moment tant attendu, l’ascension du col du Coq sur des routes étroites à travers la forêt et très peu de trafic. Dans toutes les équipes, les participantes se motivent, s’entraident et se relaient. La récupération de midi a été efficace et, au bout de 10 km, nous atteignons ce col mythique de 1434 m. Les conditions restent idéales mais nous redoutons la descente du col et faisons le choix de descendre dans les véhicules et les VAE dans le fourgon.  En fait, la route vient d’être refaite les jours précédents mais nous n’avons aucun regret sur le choix réalisé. Nous sommes rejoints par un cycliste bien connu, Cédric, le président du GMC38 qui accompagnera le groupe.

Le temps passe et il nous faut arriver vers 18h à notre terminus. Nous optons pour un trajet direct, de St Bernard du Touvet vers le dernier col, celui de Marcieu avec ses 1060 m. Mais les informations n’ont pas été suffisamment précises et ce sont finalement deux groupes qui vont évoluer différemment, l’un se dirigeant vers St Vincent de Mercuze et l’autre partant directement sur le col. C’est alors que le décision est prise de se regrouper rapidement sur l’aire d’atterrissage des ailes volantes de Lumbin pour un rassemblement général.

 
De là, en cortège, nous nous dirigeons vers le Foyer/Club House du stade Léo Lagrange de Crolles où nous nous installons pour un pot de l’amitié qui portera parfaitement bien son nom. La ville de Crolles et son adjointe au maire nous ont accueillis avec des jus de fruit et le GMC38 a mobilisé un traiteur pour faire de ce moment un temps d’échange, de débriefing, de discours, de remise de diplômes, de remerciements mais aussi de chansons avec une nouvelle parodie de la Chanson de Pierre Perret, réalisée par Sylvie : “Tout, tout, vous saurez tout sur notre défi !”… et quelques pas de danses !!!

Une belle conclusion pour une journée exceptionnelle qui nous a donné à tous, de grands moments de bonheur et de complicité, gravés dans nos mémoires.

Join the discussion One Comment

Leave a Reply